Pierre Boutteau

BIOGRAPHIE


Pierre Boutteau sait (veut, croit) ce qu’il fait. Il serait plus simple d’écrire : fait ce qu’il fait. Il change de corps sans arrêt. Il change les parties de son corps, des morceaux de son corps, un à un. Il se rapièce. à la fin il n’a plus le même corps, mais c’est le même encore, et il recommence. C’est ainsi qu’il dort debout et qu’il marche à l’intérieur de son rêve : aujourd’hui il échange ses bras contre des ailes, demain il devra se trouver un cou, un dos, un ventre. Il s’entoure de ses autres formes, elles grouillent, elles rouillent, elles doivent grouiller, rouiller. La transfiguration s’accomplira au milieu de la poussière.

Jean-Marie Gleize

Atelier en chantier, soul appui, périmètre à naître, enfantoir en foutoir, c’est mon âtre c’est mon antre, c’est mon lieu c’est mon lien. Souvent, céciteux hésitant j’y erre à deux mains. Parfois sucité en son sein j’y jubile, entreprise et surprise. Odeur du fer, ardeur du four, Mêli meulant mulot moulé, Bouffées de poussières, son qui rend sourd, Fumées de soudures dures à souffler. Matrice, ma trousse, ma transe. Maîtresse motrice, ma trace.

Pierre Boutteau